(English version here)

Bienvenue sur mon blog!

Suite à des visites de maisons, des calculs et des débuts de décisions, ma réflexion du matin est qu’il faut parfois faire quelques détours pour que la décision finale fasse du sens et soit complètement acceptée. Quand l’allée directe est presque automatiquement rejetée par la pensée, pour de multiples raisons telles que des peurs, des limitations, des habitudes bien ancrées, etc, prendre un chemin plus long pour donner le temps à la pensée de s’adapter à la nouveauté amènera éventuellement au même résultat.

D’ailleurs, le seizième chapitre de L’artiste vit derrière la scène illustre un peu cela, où une oeuvre « râtée » offre soudain un champ de possibilités.

Aussi, pour mettre l’emphase sur l’importance de chaque étape dans un processus de création (artistique ou de vie), je vous partage en troisième partie des détails de mes peintures en cours, et pour la méditation, un détail d’une peinture terminée, dans laquelle, il y a toutefois suffisamment d’espace à explorer. À vous de voir sur quelle partie vous voulez vous concentrer.

1)

DSC_0028

2)« Revistalisé » chapitre 16 de L’artiste vit derrière la scène

30 décembre 2017 – De l’échec d’une composition mal commencée et retravaillée à maintes reprises sans succès, Fleuressence sent qu’elle n’a plus rien à perdre. Tout n’est pas complètement raté. Il y a quelques parties que l’artiste ne peut laisser aller. Libérées du contexte environnant, ces parties pourraient vibrer à elles seules. Fleuressence s’empare d’un couteau de travail robuste et sectionne l’arrière du canevas, juste à côté des agrafes qui retiennent la toile tendue.

Le geste est libérateur. L’artiste a toujours aimé couper et coller. Faire des assemblages. Défaire pour refaire. Une fois la toile coupée, celle-ci prend une autre apparence. Fleuressence pèse son poids réel formé de multiples couches de peinture. La flexibilité d’une peau. Quelque chose de viscéral.

Le cadre nu répond à une question que l’artiste s’est posé plus tôt dans la semaine. Comment rendre son présentoir au festival Evolve intéressant? En furetant sur Pinterest, elle avait trouvé quelques idées dont celle d’utiliser un cadre avec quelques cordes sur lesquelles accrocher ses petites toiles. Le cadre seul est toutefois un peu instable et Fleuressence pense qu’il faudrait le doubler. Ça tombe bien, elle a une autre peinture qu’elle pourrait libérer de sa structure rigide.

Elle répète l’opération à quelques reprises. Dans un mois, après ses dernières expositions en Nouvelle-Zélande, la plupart des peintures sur canevas qui n’auront pas trouvé de nouveaux propriétaires suivront la même destinée.

Les peaux libérées proposent de nouveaux projets, d’autres tableaux. Elles transcendent la dénomination d’objet pour devenir un matériel à nouveau. Même les languettes qui constituaient le côté de l’œuvre sont conservées. Elles parlent d’une vie qui a existé et qui n’est plus. Elles contiennent sa richesse, son expérience, son unicité. Le potentiel d’une installation ou d’un élément sur une autre œuvre. Un acte de destruction qui mène vers la naissance.

En libérant les toiles, l’artiste a franchi une nouvelle étape dans son processus de création. Au cours de l’année, qui s’achèvera dans quelques heures, Fleuressence a transformé plusieurs de ses peintures pour les élever vers une esthétique résonant avec ses valeurs du moment. Pourquoi accumuler des œuvres qui ne résonnent ni avec elle, ni avec les autres. Les musées sont déjà remplis de passé et de cristallisation.

Ses œuvres ont des corps malléables. Elles peuvent évoluer et se diviser pour servir d’autres desseins. Parfois, seule l’idée demeurera. Elles ne sont peut-être que l’escalier qui mène ailleurs, vers l’inconnu, vers la réponse aux questions ou vers la paix, où les questions n’existent plus.

Ne pas s’enliser dans le confort et l’habitude. Fleuressence sait que la mort n’est rien d’autre que la cristallisation d’un corps, le ralentissement de l’énergie qui finit par s’immobiliser complètement dans une forme donnée. Loin d’avoir peur de mourir, l’artiste cherche à célébrer la vie de tout son être, ce phénomène qui s’exprime de l’intérieur et qui se reflète ensuite vers l’extérieur. Il y a des clés dans ses œuvres. Des messages, des destinations, des histoires qui ne seront révélées qu’au fil du temps. Après tout, bien que nous sentions souvent la fin, nous ne sommes qu’au début de ce qui s’offre à nous.

 

3) Détails de peintures en progrès.IMG_0196IMG_0195

J’espère que vous avez aimé votre lecture et ce billet. Merci pour le temps que vous avez pris et surtout n’hésitez pas à me laisser un commentaire, à partager ce billet. Aussi j’aimerais savoir quel sujet relié à l’art vous aimeriez que je traite dans ma chronique de L’artiste vit derrière la scène.

Amour et Lumière

Fleuressence

Publicités

One Reply to “Revitalisé”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :