(English version here)

Bienvenue sur mon blog!

Pour cette dixième semaine de l’année, je vous propose une image de méditation évoquant le fleurissement ou l’émergence de quelque chose. La lumière sortant du noyau central représente parfaitement le sujet de mon dixième chapitre de L’artiste vit derrière la scène portant sur l’importance de la confiance en soi.

Je suis de retour en sol canadien et d’ici quelques semaines, je pourrai à nouveau peindre!!! Restez à l’affût, j’ai hâte d’explorer et d’expérimenter pour deux nouvelles séries d’oeuvres!

1)

forme couleur

2) « La confiance en soi » chapitre 10 de L’artiste vit derrière la scène

18 décembre 2017 – Mettant en perspective son expérience de vie, ses divers apprentissages et les messages reçus dans son quotidien, Fleuressence conclut que l’aspect le plus fondamental en tant qu’artiste, et peut-être même en tant qu’être humain, est la confiance en soi. La seule façon de la développer est par la pratique. Les théories ne sont d’aucune aide si on ne passe pas à l’action. Et pour poser un geste, qui recèle autant le potentiel d’humiliation que celui de réussite, il faut posséder ce qu’on ne possède pas encore. Faire confiance sans être certain que tout ira bien. Apprendre à se détacher du résultat. Développer la force en soi de se relever au cas où la chute serait grave.

La confiance en soi est quelque chose de difficile à enseigner, car elle peut être présente dans certains aspects de nos vies et complètement absente à d’autres niveaux. Elle demande du courage, de la persistance et de l’amour intérieur.

Imitant la forme de la spirale, plus on a confiance en soi, plus on pose des gestes qui augmentent cette confiance. Et vice versa. Si la peur paralyse les actions, les situations de vie viennent confirmer cette peur.

Fleuressence remonte de plus en plus sur cette spirale de confiance en elle. Au cours des ans, elle a appris à reconnaître ses forces et ses faiblesses. Elle n’est pas morte de ses moments d’humiliations. Elle a appris que l’amour intérieur n’est pas nourrit par l’amour extérieur. On a beaucoup plus de pouvoir en tant que créateur en développant un amour intérieur pour le partager vers l’extérieur que de faire l’inverse. Chercher la reconnaissance à l’extérieur de soi rend dépendant et facilite les frustrations.

Bien que l’artiste possède maintenant un bac en art et quelques années d’expérience en tant qu’artiste professionnelle, l’idée d’enseigner, de partager ses connaissances reste floue. Elle n’est pas certaine de vouloir accompagner les gens dans leur progrès techniques. Montrer comment mélanger les couleurs et construire une composition ne l’interpelle pas. Il serait tellement plus précieux de s’attaquer à la base, aux racines de ce qui construit l’être et de lui procurer toute la force nécessaire pour que le tronc puisse résister aux intempéries et que le feuillage resplendisse toute la beauté d’une personne. Ses expériences lui permettent de pratiquer sa confiance en soi, afin de pouvoir ensuite aider les autres à dépasser leurs peurs.

Le monde de l’art n’accueille pas les nouveaux artistes les bras ouverts. Il y a un sentiment de saturation et d’épuisement qui tournoie au-dessus de la tête de ce qui devrait être à l’avant-garde. Tout semble avoir déjà été pensé et fait. C’est peut-être la réalité d’une époque et d’une idéologie. Toutefois, il faut transmettre le courage d’ouvrir un nouvel espace de création. Déplacer ce qui semble cristallisé pour le faire renaître sous une forme différente. Se libérer des succès du passé qui ralentissent les progrès du futur.

Fleuressence a confiance que ce qu’elle crée est essentiel. L’abandon qu’elle s’autorise à incarner dans son studio vaut plus que tous les livres de spiritualité et de psychologie qu’elle a pu lire dans sa recherche de mieux-être. La société montre l’art sous forme d’objets tangibles, qui parlent parfois d’intangibles. L’artiste s’intéresse à l’aspect humain de l’art. Quels genres de créateurs sommes-nous? À qui donnons-nous notre pouvoir? Comment notre façon de créer favorisera-t-elle l’émergence de sociétés plus conscientes? La ligne entre la responsabilité et la dépendance est mince. Elle est souvent déterminée par le niveau de confiance en soi.

Le funambule sur son fil oscillant entre la réalité et l’illusion.

Publicités

One Reply to “La confiance en soi”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :