(English version here)

Bienvenue sur mon blog!

Cette semaine, pour la partie inspiration/méditation, j’ai sélectionné une de mes peintures appartenant à la série ‘Outil de méditation’. Il y a certaines oeuvres qui, dès le moment où elles sont terminées, deviennent des coups de coeur. Celle-ci n’est pas entrée instantanément dans mon cercle des favorites. Mais comme une mélodie plus complexes, plus je lui donne de temps et plus je l’apprécie, alors qu’elle se révèle tranquillement à moi. Je vous propose d’écouter avec vos yeux. Laissez les formes et les couleurs vous parler. Ce n’est pas grave si vous n’entendez rien ou ne comprenez pas ce qu’elles vous disent. À force de répétition, le message deviendra plus clair.

Le texte créatif de ma rubrique L’artiste vit derrière la scène, porte sur l’idée de succès très souvent associée à celle de faire de l’argent ou des ventes. Peut-on considérer une oeuvre d’art comme n’importe quel autre produit?

Finalement, comme je vous l’ai dit la semaine dernière, mes créations sont en mode pause jusqu’à ce que je me trouve un nouveau studio. J’utilise mes temps libres à bâtir le site internet de ma future galerie. Un lieu virtuel qui au cours des quelques prochaines années devrait se matérialiser dans notre dimension physique!

1)

DSC_0104

2) « Succès et ventes » chapitre 8 de L’artiste vit derrière la scène

14 décembre 2017 – Montée d’inspiration de vie. Fleuressence réfléchit après avoir écouté une petite vidéo sur la façon de réussir en tant qu’artiste. « Penser en tant que compagnie et non en tant qu’artiste », « trouver ce que vous avez à offrir », « trouver votre public cible ». Puis, il y a toutes ces publicités qui la suivent de site en site. Un autre vendeur sur le web, qui est devenu riche en quelques jours, et que Fleuressence a vu dans une conférence il y a plusieurs semaines, a donné un nom à ce phénomène. L’artiste a déjà oublié le terme. Peu importe. Pourquoi voudrait-on être poursuivi par des publicités, même si elles fonctionnent et sont profitables pour ceux qui polluent notre espace? Qu’en est-il de notre liberté?

Elle suit quelques bloggeurs et personnes à succès. Souvent des gens qui sont partis de rien, en qui personne ne semblait croire et qui aujourd’hui font des conférences sur comment devenir une personnalité reconnue. Oui, tout le monde a le droit de réussir et de se faire une place. Mais cette fameuse recette qui met les gens sur la carte et leur apporte succès et reconnaissance, en quoi est-elle différente de la façon dont la société fonctionne en ce moment?

Hier, un autre artiste a demandé à Fleuressence comment allaient ses ventes. La question piège, car dire que ça ne va pas renforce ce fait et dire que ça va à merveille est une sorte de mensonge. Plus l’artiste y pense et plus le concept de parler d’art comme d’un produit sonne faux. D’accord, un objet est créé lorsqu’une peinture est faite. D’accord, il faut un lieu d’exposition pour pouvoir partager l’œuvre avec le restant du monde. D’accord, il faut de l’argent pour payer son matériel et répondre à ses besoins de base. Fleuressence ne peut pas se limiter à imaginer son travail comme une simple marchandise à échanger contre d’autres types de bien. Elle ne peint pas pour pouvoir vendre ensuite. Chaque partie du processus est importante. Elle peint pour développer son potentiel humain afin d’offrir le meilleur d’elle-même au cercle qu’est l’humanité. Ensuite, tant mieux si son travail résonne pour quelqu’un d’autre et l’aide dans son propre cheminement. L’ambigüité ressentie est due au fait que l’objet physique créé n’est qu’un outil d’activation. Son réel pouvoir se situe à un autre niveau. Dans les dimensions de l’invisible pour agir sur l’inconscient collectif. Fleuressence ne peut pas vendre l’invisible. Cette dimension demande de l’engagement et chacun est libre de son niveau de participation.

Dilemme entre ce qui marche pour les autres et ses valeurs profondes. Comment transformer le système de l’intérieur? Comment passer à une économie sociale prenant en compte la contribution des artistes sans commercialiser ceux-ci?

Fleuressence se remémore une phrase qu’on lui a dit récemment : « pour se démarquer en art, il faut associer l’art à un autre sujet ». Certains artistes l’ont combiné avec des sciences, d’autres avec de la politique et ce qu’on appelle les designer, avec des produits destinés à la consommation. Rien n’est encore fixe pour l’artiste. Elle sait qu’elle devra développer sa propre recette. Déterminer de quelle façon aider les gens à se reconnecter à leur plein potentiel. Leur donner des outils qu’elle n’a pas encore inventés ou qu’elle n’a pas fini de tester sur elle-même.

Publicités

One Reply to “Succès et vente”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :