(English version here)

Avant tout, j’aimerais vous souhaitez une merveilleuse année 2018 remplie de beauté, de sagesse, d’amour et de paix. Remplacez les résolutions par des plans concrets, étape par étape, pour mettre en oeuvre ce qui vous tient à coeur. Si c’est important pour vous, vous saurez où mettre vos priorités.

Ensuite, pour ce premier post de l’année, je vous présente une nouvelle formule. Premièrement, je ferai un post en français et un anglais, plutôt que d’avoir les deux sur la même page. Puis:

1) je vous propose une image par semaine comme départ de méditation ou simplement pour faire une petite pause dans votre journée.

2) Je vous offre un texte créatif basé sur ma propre expérience en tant qu’artiste, que j »ai nommé « L’artiste vit derrière la scène ». Cette semaine, le texte porte sur l’écriture de ce blog.

3) Ce qui se passe au niveau de ma carrière, en temps réel.

Bonne lecture, bon début d’année et merci de me suivre!

1)

DSC_0165 3

2) « Le blog et ses défis » chapitre 1 de L’artiste vit derrière la scène

Pour la troisième fois, Fleuressence recommence à zéro. Gardant confiance, elle ouvre un nouveau document dans ‘word’ et fait une autre tentative. L’idée paraissait pourtant brillante et facile à réaliser. En théorie. Les mots semblent toujours mieux coulés lorsqu’ils restent au niveau de l’invisible. Tenter de les aspirer pour les immortaliser sur un morceau de papier ou un écran d’ordinateur a souvent un effet javellisant. Les mots se condensent, se distillent ou se déforment. Ajouts et retraits se rapprocheront ou s’éloigneront de la version originale. D’une façon ou d’une autre, un message sera transmis.

La mission que Fleuressence tente de réaliser peut paraître banale pour certains et inutiles pour d’autres. La question ne lui semble pas importante. Son désir est simplement l’écriture d’un blog hebdomadaire. Rien de terrible ou de particulièrement innovant. Ça ne changera pas le monde, mais qui connaît la portée ondulatoire de petits gestes?

Elle a peut-être sous-estimé la tâche. Ou, au contraire, elle sait exactement ce qu’il en retourne et c’est pour cela qu’elle avait planifié l’écriture d’une quinzaine de billets qu’elle commencerait à publier en janvier 2018. Lorsqu’elle s’était fixée cet objectif, il ne lui restait qu’une semaine avant de compléter son bac en art et huit semaines avant le début d’un nouveau cycle annuel, qu’elle imaginait calme, à la limite ennuyant.

Il ne reste à présent que trois semaines avant 2018. Elle a quelques brouillons, trois ou quatre, tout au plus et ce, uniquement dans sa langue natale. Pour rejoindre la planète, il lui faudra passer chaque phrase dans l’entonnoir de la langue anglaise, avec sa grammaire qu’elle ne maîtrise pas complètement. Tant pis, se dit-elle, elle ne se coupera pas du reste du globe pour quelques fautes de grammaire, que probablement la majorité des gens ne verront même pas à cause de la perte de langage occasionnée par les communications paresseuses faites via textos.

Quinze textes d’environ 500 mots chacun. Assez long pour transmettre une idée et suffisamment court pour ne pas décourager le lecteur. Ça ne devrait pas effrayer l’écrivaine qui a écrit plus de 200 000 mots dans une des quelques versions de son roman encore en devenir. La peur n’est certainement pas le sentiment qu’elle éprouve, toutefois, les mots qui autrefois coulaient avec plus de fluidité passent par des conduits un peu rouillé. Pour quelques temps, elle a appris à communiquer avec des images, maintenant, elle retourne à sa passion d’écrire.

Fleuressence réalise que pour elle, et qui sait, peut-être pour tous, il lui est difficile de rester cohérente dans ses projets si elle n’a pas une discipline presque quotidienne. Trois journées entre deux textes et ceux-ci peuvent revêtir une apparence complètement différente. La vie est mouvement. Apprendre à embrasser le changement.

L’écrivaine pense à ses lecteurs tout en ne sachant pas quoi penser. Qu’est-ce que les gens ont envie de lire? Ont-ils encore le temps de lire? Et que puis-je offrir sans que cela devienne un boulet de travail, une obligation superflue?

Plus intimement, elle se questionne sur sa motivation. Aucun doute, elle aime écrire et pourrait en faire un peu chaque jour. C’est d’ailleurs la discipline qu’elle devra rétablir dans son horaire afin de retravailler son roman pour la quatrième fois. Mais comme elle n’est pas uniquement écrivain, mais également artiste-peintre, il lui faut trouver un équilibre entre écriture créative, réalisation de projets en art visuel et la partie ‘marketing’, car pour pouvoir vivre de ses créations, il faut qu’elle travaille sur sa visibilité.

Marketing. Le mot sonne comme une absence de vie, quelque chose de vide et repoussant; un animal sauvage qu’il faudra toutefois qu’elle apprivoise. Tout est une question de perspective. D’un côté, le marketing est la partie sociale de son métier et il y a de quoi se réjouir quand l’opportunité de partager ses œuvres lui est offerte. Toutefois, pour se démarquer des autres, bien des compagnies utilisent des techniques de manipulation pour gagner des nouveaux consommateurs. Fleuressence n’est pas impressionnée par ces techniques. Saura-t-elle se démarquer sans avoir à y recourir? Ce que de toute façon, elle n’a pas l’intention de faire. Son apprentissage commencera par le discernement.

 

3)

Ma quatrième expo solo ‘Shifting » a débuté hier. Du lundi au vendredi, je change les oeuvres de place pour faire un nouveau display. En plus de faire bouger l’énergie de l’espace, ça me permet de faire une petite recherche sur la disposition des oeuvres. Vous pouvez suivre les progrès journaliers sur Facebook

Publicités

One Reply to “Intro blog 2018 et ses défis”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :